ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dark City

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 31
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Dark City   Jeu 2 Oct 2008 - 13:02

Dark City (1998)


Réalisé par Alex Proyas
Écrit par Alex Proyas, Iem Dobbs & David S. Goyer
Musique de Trevor Jones
Avec Rufus Sewell, Kiefer Sutherland, Jennifer Connelly, Richard O’Brien, Ian Richardson, William Hurt



SYNOPSIS
John Murdoch se réveille dans une chambre d’hôtel et découvre à ses côtés le cadavre d’une femme. Il ne se souvient ni de la nuit passée avec elle ni de celles qui l’ont précédée : il a perdu la mémoire. Traqué par la police qui le soupçonne de meurtres en série et poursuivi par les Étrangers, des êtres mystérieux aux pouvoirs terrifiants, il cherche à retrouver son identité. Mais dans cette ville où la réalité n’est qu’illusion, la vérité est au-delà de toute imagination…







Si seuls les amateurs de Science-Fiction y trouveront leur compte, Dark City n’en demeure pas moins un film brillant. Brillant par son originalité, son intelligence, son fond comme sa forme, sa réflexion sur le monde et la condition humaine. Introduisant au passage des préoccupations psychotiques majeures : sommes-nous véritablement qui nous sommes ? Quelqu’un nous surveille-t-il ? Nous contrôle-t-il ? La réalité est-elle vraiment ce qu’elle est ou simplement le fruit de notre perception ? Tout autant de questionnements et d’inquiétudes qui ont fait basculer nombre de gens ordinaires dans la folie. Pour illustrer ces réflexions, Alex Proyas – préparant alors le terrain pour son excellentissime I, Robot – nous fait partager le parcours de John Murdoch. Seul être humain doué de synthonisation, ce pouvoir qu’ont les Étrangers de modifier le monde à leur guise. Peu à peu, Murdoch se rend compte que chacun vit la vie d’un autre, que les souvenirs de tout un chacun furent inoculés par les Étrangers.





Proyas instaure à son métrage une esthétique aussi couillue que marginale. Jouant sans cesse avec les différentes teintes de bleu, l’ombre et la lumière, les divers niveaux d’obscurité, opposant les couleurs vives des êtres humains à la fadeur des Étrangers. Ce qui peut faire défaut à Dark City, ce sont peut-être ses effets spéciaux aujourd’hui désuets. Mais ce sont ceux-là mêmes qui font également tout le charme du film. La réalisation de Proyas n’hésite pas à s’appuyer sur la musique de Trevor Jones pour décupler son impact. Jones nous offre des thèmes à la fois grandioses, puissants, mélodieux et inquiétants.





Les acteurs s’avèrent indubitablement convaincants. Chacun sait tenir son rôle et dévoile une performance sans fausse note. Kiefer Sutherland est tout bonnement excellent dans le rôle du Dr Schreber. Là où le casting fait défaut, c’est probablement du côté de Rufus Sewell. Non pas que sa prestation soit mauvaise, loin de là, mais l’évolution de son personnage apparaît en décalage avec l’acteur. Sewell comme Murdoch n’ont pas l’étoffe d’un être supérieur, juste celle d’un gars simple, paumé et différent des autres. Mais de là à en faire le « sauveur de l’humanité », on peine à y croire.



Quoiqu’il en soit, Dark City s’impose comme un métrage de SF hors-pair, inégalable. L’histoire est tordue au possible mais magnifiquement bien pensée. Nul doute que Dark City inspira les Frères Wachowsky pour leur Matrix et pourquoi pas Robert Rodriguez pour la réalisation de Sin City. Si le produit final ne comporte pas toute la magie d’I, Robot, Dark City est une œuvre jusqu’au-boutiste révélant au grand jour les nombreux talents d’Alex Proyas.



Réalisation : 4.5/5
Histoire : 4/5
Musique : 4/5
Acteurs : 4/5


Note : 16.5/20




(Pour découvrir la vérité, Murdoch fait appel au Dr Daniel-Paul Schreber. Pour la petite anecdote, Daniel-Paul Schreber a vraiment existé. Il a écrit Mémoires d’un Névropathe, racontant sa propre histoire, mais surtout son propre délire. En effet, Schreber, alors qu’il était Président de la Cour d’Appel de Dresde, était persuadé que Dieu le changeait en femme pour féconder le monde, qu’Il était relié à lui par l’intermédiaire des nerfs. Schreber incarne une figure importante dans le milieu de la psychanalyse. Son cas fut d’ailleurs étudié par Sigmund Freud lui-même, disponible dans son recueil Cinq Psychanalyses pour info. Fermons la parenthèse.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
ClubStephenKing
Visiteur de l'Espace
Visiteur de l'Espace


Masculin Nombre de messages : 21
Age : 31
Date d'inscription : 15/04/2012

MessageSujet: Re: Dark City   Dim 15 Avr 2012 - 15:27

Alex Proyas est un grand réalisateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://club-stephenking.fr/
 
Dark City
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Salle Paranormale-
Sauter vers: