ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alone in the Dark (2004)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Alone in the Dark (2004)   Ven 13 Juin 2008 - 19:20


ALONE IN THE DARK (2004)



Réalisé par Uwe Boll

Écrit par Elan Masta, Michael Roesch & Peter Scheerer
Musique de Bernd Wendlandt
Avec Christian Slater, Tara Reid, Stephen Dorff, Will Sanderson, Ed Anders, Robert Bruce, Daniel Cudmore





Il fallait s’attendre au pire ! Après nous avoir chié l’un des plus immondes navets que l’industrie du cinéma ait connu (House of the Dead, je le rappelle pour ceux qui ont la chance de ne pas l’avoir vu ou de ne pas s’en souvenir), voilà qu’Uwe Boll s’attaque à une nouvelle adaptation de jeu vidéo. On pourrait croire les producteurs complètement fêlés d’encourager son projet ; et pourtant, sans dépasser le stade de la série B dispensable, force est de reconnaître que Alone in the Dark se montre moins catastrophique que House of the Dead (challenge pas très dur à surmonter, me direz-vous) et qu’il distrait suffisamment son auditoire.





Même Uwe Boll y met du sien pour ne pas retomber dans les travers de son précédent f… de son précédent morceau de pellicule. Ainsi, le « cinéaste » (terme à prendre avec beaucoup de réserve) soigne son approche à l’aide de plans astucieux et de prises de vue honorables (la séquence en Bullet Time). D’un autre côté, Boll n’a pas pu masquer entièrement son mauvais goût. Et des éléments – tels que ces gunfights soporifiques, ces combats à mains nues sur-chorégraphiés, ce montage très approximatif, cette bande-son basique et sans aucun charme, ces effets spéciaux puant le numérique à deux sous ou ces litres de faux sang un peu trop rouges pour être crédibles – nous rappellent subitement qui tient les rênes du projet.





Et l’on discernera les mêmes handicaps du côté du scénario et des acteurs. Christian Slater patine dans la choucroute à force de jouer les gros bras. Tara Reid ne s’aventure pas au-delà du statut d’héroïne peroxydée que lui réserve son rôle. Stephen Dorff et les acteurs secondaires qui l’accompagnent se complaisent à merveille dans la peau de ces hommes d’action au texte très limité… En parlant de texte, le trio de scénaristes nous réservent un script guère original, pompant ici et là Alien (le nom et l’aspect des créatures), Alien 3 (le monstre suspendu derrière le soldat) Alien : Résurrection (les recherches et les autopsies effectuées sur les Xénomes) et Resident Evil (les membres de l’unité 713 ressemblent un peu trop à l’élite des S.T.A.R.S.), pour un produit final que l’on pourrait croire à mi-chemin entre Mission Impossible et la série Poltergeist



De surcroît, Masta, Roesch et Scheerer n’évitent à aucun moment les écueils de ce type de production. Au spectateur donc de faire abstraction de ces dialogues crétins, de ces personnages désincarnés, de cette relation amoureuse prévisible et pathétique qui unie nos deux héros, et de cette narration pourvue d’une voix-off rasoir. Cependant, Alone in the Dark révèle aussi une dimension psychanalytique sous-jacente, très probablement involontaire mais tout de même présente. La peur du noir – envisagée ici comme une protection contre les Xénomes – fait étrangement penser aux phobies infantiles servant à sublimer le mystère et l’angoisse de la sexualité adulte. D’ailleurs, le héros ne prétend-il pas avoir refoulé ce qu’il s’est passé durant son enfance, de la même manière qu’un enfant, aux alentours de ses 6 ans, refoule sa curiosité sexuelle pour la retranscrire dans les activités scolaires ?





En bref, Alone in the Dark n’est pas le ratage que l’on était en droit de craindre. Uwe Boll s’est calmé sur la réalisation ; la musique s’avère moins inaudible que celle de House of the Dead ; le scénario reste très cliché mais il divertit un minimum ; les acteurs sont presque crédibles. Toutefois, le résultat est insuffisant pour décoller de la moyenne…



NOTE : 10/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
 
Alone in the Dark (2004)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark Harvest 3 : Scarecrow (2004, Ben Dixon)
» Dark Harvest (2004, Paul Moore)
» The dark knight
» Fear Itself : Dark Memories
» THE DARK KNIGHT - HARVEY DENT/DOUBLE FACE (MMS81)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: