ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Jour où la Terre s'arrêta (The Day the Earth Stood Still ― 1951)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Le Jour où la Terre s'arrêta (The Day the Earth Stood Still ― 1951)   Sam 1 Jan 2011 - 20:48


LE JOUR OÙ LA TERRE S’ARRÊTA
(THE DAY THE EARTH STOOD STILL ― 1951)


Réalisé par Robert Wise
Écrit par Edmund H. North
D’après une histoire de Harry Bates
Musique de Bernard Hermann
Avec Michael Rennie, Patricia Neal, Billy Gray, Lock Martin, Hugh Marlowe, Sam Jaffe, Frances Bavier


S’il s’inspire officieusement de la version radiophonique de La Guerre des Mondes, Le Jour où la Terre s’arrêta s’impose clairement comme le précurseur de la science-fiction des deux décennies suivantes. De fait, avec ses extraterrestres d’apparence robotique, son survol des capitales mondiales par des vaisseaux spatiaux, son opposition entre science et armée, le film de Robert Wise aura largement influencé des œuvres telles que Les Soucoupes Volantes Attaquent !, La Guerre des Mondes (logique revers de médaille), L’Invasion des Profanateurs de Sépulture, ainsi que toutes les petites séries B ayant joué la carte des visiteurs extraterrestres apportant un message ― tantôt pacifique tantôt belliqueux ― aux Terriens.


Comme tout précurseur, Le Jour où la Terre s’arrêta introduit aussi de nombreux défauts que ses successeurs se sont empressés de cloner, au grand dam du spectateur. Ainsi, le scénario d’Edmund North accuse un ventre mou, étalant des échanges verbaux poussifs durant une heure entière (la découverte par Klaatu du quotidien des Terriens), dont les maigres rebondissements (la libération de Gort… et c’est tout !) ne permettent pas de raviver l’intérêt du public. En outre, les rides du métrage sont aujourd’hui palpables. Difficile en effet de ne pas sourire face à ces costumes et décors rétrofuturistes fâcheusement ridicules, ce jeu d’acteurs (et d’actrices surtout) surfait, ces réflexions très convenues sur la guerre ― encore imprégnées des exactions nazies et de la Bombe Atomique.


Malgré cette évidente obsolescence, le charme continue bel et bien à opérer. Un charme que l’on doit à une poignée de séquences cultes : l’arrivée des extraterrestres, les attaques de Gort. Mais aussi à la mise en scène parfaitement calibrée de Robert Wise, à des effets spéciaux certes désuets mais qui demeurent admirables — bien qu’ils ne puissent en aucun cas être comparés aux exploits que Ray Harryhausen réalisera 5 ans plus tard dans Earth vs. The Flying Saucers. En outre, force est de reconnaître un récit qui gère ses protagonistes de manière étonnante (le monde n’est pas sauvé par un homme extraordinaire mais par un enfant et une ménagère des plus communs), qui minimise la place de l’armée au profit de la science et de la non-violence, qui s’intéresse davantage aux petites gens — fermiers, mécaniciens, ouvriers, communautés immigrées… — qu’aux grands bourgeois (simple stratégie marketing ou véritable préoccupation populiste ? Difficile à dire…).


En revanche, mieux vaut rester vigilant à l’égard du discours final de Klaatu, menaçant de faire exploser la Terre si les humains n’arrêtent pas de se faire la guerre. Derrière ses vertus pacifiques, cette mise en garde vise surtout à rappeler que les Etats-Unis sont la première puissance mondiale et qu’ils peuvent désormais décider du sort de tout un peuple selon leur unique volonté (comme ils ont secouru la France et anéanti le Japon). Rien de très surprenant à l’horizon, en somme, juste un brin d’idéologie nord-américaine, simplement mieux dissimulée que les messages de ses successeurs…


En définitive, si Robert Wise a marqué le paysage du cinéma de genre à tout jamais avec Le Jour où la Terre s’arrêta, force est de constater que l’efficacité de son œuvre en a pris un coup et que le poids des ans aura finalement eu raison d’elle. The Day the Earth Stood Still est aujourd’hui une pièce de collection, libre à vous de l’admirer ou de la reléguer parmi les archives.


NOTE : 13/20


CAPTURES




































ERREURS TECHNIQUES


Mais que peuvent être ces fils noirs qui semblent porter l'actrice... ?



_________________
Découvrez mes courts-métrages : DUEL SUR LES RIVES DE LA MAULDRE (western) ; DES MACHINES ET DES HOMMES (SF) ; L'AVENTURE SENSATIONNELLE D'UN TABOURET TOUT À FAIT ORDINAIRE (absurde) ; UNE HISTOIRE SANS DÉBUT (absurde) ; OUVERTURE FACILE (comédie) ; LAMENTATIONS (thriller).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
 
Le Jour où la Terre s'arrêta (The Day the Earth Stood Still ― 1951)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Jour où la Terre s'arrêta (DVD et Blu-ray)
» [2008] Le Jour où la Terre s'arrêta
» Le Jour ou la Terre s‘arretera:
» Le Jour où la Terre s'arrêta
» Le Jour où la Terre S'arrêta (Robert Wise, 1951)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Lieu de Culte-
Sauter vers: