ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Resident Evil : Extinction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Resident Evil : Extinction   Ven 26 Sep 2008 - 15:48

RESIDENT EVIL : EXTINCTION (2007)



Réalisé par Russell Mulcahy


Écrit par Paul W.S. Anderson
Musique de Tyler Bates & Charlie Clouser
Avec Milla Jovovitch, Oded Fehr, Ali Larter, Iain Glen, Ashanti, Christopher Egan, Spencer Locke, Matthew Marsden, Linden Ashby, Mike Epps






Une fois n’est pas coutume, ce chapitre de la saga Resident Evil plaira avant tout (et presque uniquement) aux fans des jeux vidéo. Après une introduction peu fidèle à la franchise Capcom (Resident Evil) et un hommage sincère (Apocalypse), Paul Anderson situe cette fois-ci l’action dans un cadre inattendu (les déserts du Nevada), pour y développer une intrigue inégale – séquences sanglantes et burnées (voir la boucherie orchestrée par Alice) versus dialogues gnangnan et éléments surnaturels dispensables (l’embrasement des corbeaux est très beau mais fait vraiment tache dans un film de morts-vivants). Quitte à parler des faiblesses de l’épisode, autant aborder le cas des comédiens et des personnages qu’ils occupent. Milla Jovovitch n’a pas plus de talent qu’à l’accoutumée mais se la pète moins qu’avant (c’est déjà ça !). Idem pour Oded Fehr et son acolyte Mike Epps, dont on se serait volontiers passés. En plus de personnages soit à côté de la plaque (qui peut me dire ce que fout Ashanti dans le casting ?!), soit mal développés (Claire Redfield, Albert Wesker), soit absents (où est donc passée Jill Valentine ?).







Mais, ces imperfections mises à part, Extinction vient sans conteste supplanter ses deux prédécesseurs… sur certains points, ceci dit. Russell Mulcahy a su redonner de l’éclat à une réalisation alors mal en point (en dépit de morts-vivants parfois très mal mis en scène). Ce, grâce à une photographie radieuse et une tenue de caméra soignée – renvoyant plus bas que terre l’académisme de Paul Anderson et les tremblotements intempestifs d’Alexander Witt. De leur côté, Tyler Bates et Charlie Clouser livrent un score admirable, harmonisant et restructurant les compositions de Marylin Manson et Jeff Danna, pour un rendu explosif – à base de mélodies lancinantes et de thèmes rock. Plus qu’une suite logique, Extinction se voit aussi et surtout comme l’apothéose des deux premiers Resident Evil. Malgré l’éradication de Raccoon City, le Virus-T a désormais infesté la planète entière, transformant cette dernière en un vaste désert aride peuplé de morts-vivants, obligeant les quelques survivants à fuir en permanence. Si, contrairement à Apocalypse, Paul Anderson prend énormément de distance par rapport aux jeux vidéo ; il n’oublie pas pour autant de leur adresser quelques clins d’œil bienvenus : Resident Evil 2 (la mutation du scientifique) ; Code Veronica X (l’histoire parallèle mêlant Albert Wesker et Claire Redfield, la fuite vers l’Alaska). Outre les allusions faites aux jeux Capcom, le scénariste rend également hommage à d’autres métrages. Tels que Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock (le rassemblement et l’attaque des corbeaux) ; Le Jour des Morts-Vivants de George Romero (les tentatives pour apprivoiser les zombies) ; La Planète des Singes (pour ses décors urbains ensablés) ; les westerns de Sergio Leone ; la trilogie Mad Max ; et même le premier Resident Evil (les « tests » du Projet Alice).



Pour conclure, il serait injuste et malvenu de ranger la trilogie Resident Evil parmi les adaptations de jeux vidéo nanardesques de type House of the Dead ou Alone In The Dark. Extinction nous rappelle avec vigueur que, malgré leurs défauts évidents, les scénarii de Paul Anderson se veulent des retranscriptions tantôt recevables tantôt chiadées des jeux vidéo originaux. Les 3 volets n’arrivent pas à la hauteur des opus de la filiale Capcom mais demeurent ce qu’ils ont toujours été, à savoir des compléments tout à fait convenables.
En attendant un 4e Resident Evil





Note : 15/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
 
Resident Evil : Extinction
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Resident Evil afterlife
» Resident Evil : After Life (3D)
» Création replique resident evil
» [Blu-Ray] Resident Evil: Afterlife (Import CAN)
» resident evil 1,2,3 et 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: