ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trilogie Maniac Cop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Machiavel
Super Soldat
Super Soldat
avatar

Masculin Nombre de messages : 480
Age : 36
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Trilogie Maniac Cop   Mar 25 Mar 2008 - 4:08

Maniac Cop Trilogy
de William Lustig









William Lustig, réalisateur du navrant mais classique "Maniac" (film sur un pervers sexuel), réalise dans le milieu des années 80 "Maniac Cop" à mille lieue de la cauchemardesque et ultra méga grosse daube du siècle qu'est Uncle Sam, zéro pointé (0/20)...

MANIAC COP avec le talentueux prince du cinéma horreur Bruce-Ash-Campbell. Le film se révèle être un excellent thriller horrifique avec un suspense et des moments de peur saisissants notammant la scène du carnage à l'intérieur même d'un commissariat où notre Ashley favori se fait prendre par Matt Cordell (le nom du boogeyman)...
Ses suites ne suivent pas l'élément gageure de qualité qu'étais le premier.

Dans MANIAC COP 2, on ressent tout de même la présence de Lustig derrière la caméra, le film est en deçà du premier mais reste un bon divertissement, ce qui plombe véritablement l'accroche spectaculaire c'est les 10 premières minutes qui achèvent le spectateur, qui se prend une brutale imcompréhension face à une idée scénaristique des plus naze lors d'un évènement qui pourrait vite lasser les fans du premier, je n'en dit pas plus pour ne pas vous dévoiler l'intrigue.

Par contre MANIAC COP 3 est le film bâclé par excellence, Lustig devait se faire chi*r lors du tournage et l'on s'en rend compte, peut-être que Bruce Campbell lui manquait, en somme le 3 est à éviter de toute urgence.





Voici l'affreux "Matt Cordell"


Même sans maquillage il fait flipper, son nom est Robert Z'Dar




MANIAC COP........15/20
MANIAC COP 2.....12/20
MANIAC COP 3.....10/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taverne-aux-series.forum-actif.net/
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Trilogie Maniac Cop   Lun 7 Avr 2008 - 10:49

Cigarette Smoking Man a écrit:
William Lustig, réalisateur du navrant mais classique "Maniac"

Cigarette Smoking Man a écrit:
MANIAC COP : Le film se révèle être un excellent thriller horrifique

Y a une couille dans le pâté, là... Maniac est navrant alors que Maniac Cop est un excellent thriller horrifique...!

Excuse-moi mais Maniac permet une approche intimiste, bouleversante et sans artifices de la psychopathie tandis que Maniac Cop se veut un petit thriller sympathique mais guère inoubliable. Après, ce sont tes goûts mais je te trouve un peu extrême pour le coup...


Maniac Cop (1988)


Réalisé par William Lustig
Écrit par Larry Cohen
Musique de Jay Chattaway



Avec Tom Atkins, Bruce Campbell, Laurene Landon, Richard Roundtree, William Smith, Robert Z’Dar, Sheree North





Bien que Maniac Cop commence à avoir de la bouteille, il conserve son petit effet. L’histoire est relativement bien tenue grâce à un développement intelligent et un propos somme toute original : un tueur habillé en flic sévit dans la ville de New York, distillant ainsi doute et angoisse chez quiconque croise un homme en uniforme. On regrette que la paranoïa collective ne soit guère mise en avant mais elle n’en demeure pas moins sous-jacente. De son côté, William Lustig n’est pas sans lien avec l’impact de Maniac Cop. Plutôt que de nous faire partager le quotidien dévasté d’un ancien flic, ou de nous balancer la gueule déchiquetée du tueur à toutes les sauces, Lustig opte pour des jeux d’ombre ne nous permettant que d’entrevoir la silhouette imposante de Matt Cordell, le « flic fou ». Ajoutez à cela quelques belles prises de vue et remarquables mouvements de caméra, et vous obtenez Maniac Cop. Sans oublier la performance fort convaincante des acteurs. Qu’il s’agisse de Bruce Campbell, de Tom Atkins, de Laurene Landon ou encore du colossal Robert Z’Dar, le résultat ne brille pas de mille feux mais se montre amplement suffisant. On a même droit au cameo de Sam Raimi en journaliste-télé.




Toutefois, n’allons pas plus loin sans préciser que Maniac Cop a subi le poids des années. Les « moments d’angoisse », du moins les effets de surprise, ne font plus sensation. Les affrontements entre Cordell et ses victimes prêtent plus à sourire qu’autre chose, misant sur l’exagération et le côté surhomme du personnage. Le rythme s’affaiblit de temps à autre. Les retournements et même le final se révèlent hautement prévisibles. Le Maniac Cop n’est pas sans évoquer son homologue mécanique, Robocop. La musique de Jay Chattaway a considérablement vieilli, ne faisant qu’appuyer l’aspect terni du film à certains moments, soutenant malgré tout l’aura de mystères qui plane sur le film à d’autres. Au final, Maniac Cop est un bon petit divertissement, valant largement son pesant de cacahuètes. À découvrir ne serait-ce que pour la collaboration William Lustig/Larry Cohen ou la performance réussie de Mister Bruce Campbell.



Réalisation : 4/5
Histoire : 3.5/5
Musique : 3.5/5
Acteurs : 3.5/5


Note : 14.5/20



Maniac Cop 2 (1990)


Réalisé par William Lustig
Écrit par Larry Cohen

Musique de Jay Chattaway
Avec Robert Davi, Claudia Christian, Michael Lerner, Bruce Campbell, Laurene Landon, Robert Z’Dar




Toute la petite équipe de Maniac Cop revient sur le devant de la scène. L’histoire reprend là où elle s’est arrêtée à la fin du premier opus : Matt Cordell est toujours en vie et continue à trucider tous les bons flics de la ville de New York. Petite innovation par rapport au premier volet, Cordell vient en aide et s’associe aux malfrats qu’il trouve sur son passage. Un bonus qui ne se néglige pas et donne un certain attrait à Maniac Cop 2. Du côté de l’histoire, l’autre bon point renvoie à la revanche de Matt Cordell, pénétrant dans son ancien pénitencier pour y exécuter tous ceux qui lui ont nui. Mais le scénario n’est pas exempt de tout défaut. En effet, il faut attendre 40 minutes avant que l’intrigue ne démarre vraiment et cesse de nous refourguer du copié/collé du premier film, allant même jusqu’à reprendre deux scènes de ce dernier (celle de l’accident de voiture, et celle des douches en prison). Même la réalisation de William Lustig – pourtant très correcte dans Maniac Cop – se veut moins percutante et moins investie. Cela étant, ça n’empêche pas Lustig d’insérer quelques jolis mouvements de caméra et prises de vue torsadées.




Là où le bât blesse douloureusement, c’est du côté de la musique. Plutôt que de rattraper les fautes qu’il avait commises dans le métrage de 1988, Jay Chattaway vieillit un peu plus le résultat via des mélodies stridentes, des morceaux d’action à la limite de la série Z, et un score global éculé. Ça reste correct et dans le ton du film mais le potentiel est absent. Quant aux acteurs, à l’instar du précédent film, leur performance ne risque pas de rester graver dans l’histoire du Cinéma. Force est, tout de même, de leur reconnaître un vrai jeu d’acteur et une incarnation remarquable de leur personnage. On regrette simplement que Bruce Campbell ait joué les petites frappes, disparaissant dès le premier quart d’heure. Maniac Cop 2 nous permet de retrouver Laurene Landon pour une apparition tout aussi écourtée (on s’en plaindra pas, à vrai dire) ; Robert Davi (l’inspecteur Malone de la série Profiler) ; et Claudia Christian dans le rôle d’une psychologue de la police qui ne connaît visiblement rien à son métier (passant de simple psychologue à psychocriminologue et flic). Sam Raimi refait son cameo toujours dans la peau d’un journaliste.




En somme, Larry Cohen s’arrange pour ne pas nous pondre une version double de Maniac Cop bien que l’histoire soit la même dans les grosses lignes. Cette fois-ci, Matt Cordell ne se contente plus d’être l’ombre de Robocop, il en profite pour piquer, ici et là, un peu du mythe de Jason Voorhees. En tant que suite, Maniac Cop 2 aurait pu être bien pire mais il n’est finalement pas mieux que son prédécesseur. Un bon divertissement, donc, mais rien de bandant à l’horizon.


Petit hommage à Joe Spinell, l’acteur et scénariste de Maniac, disparu en 1989…

Réalisation : 3.5/5
Histoire : 4/5
Musique : 2/5
Acteurs : 3.5/5


Note : 13/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Trilogie Maniac Cop   Ven 26 Sep 2008 - 16:27

Maniac Cop (1988)


Réalisé par William Lustig
Écrit par Larry Cohen
Musique de Jay Chattaway



Avec Tom Atkins, Bruce Campbell, Laurene Landon, Richard Roundtree, William Smith, Robert Z’Dar, Sheree North







Bien que Maniac Cop commence à avoir de la bouteille, il conserve son petit effet. L’histoire est relativement bien tenue grâce à un développement intelligent et un propos somme toute original : un tueur habillé en flic sévit dans la ville de New York, distillant ainsi doute et angoisse chez quiconque croise un homme en uniforme. On regrette que la paranoïa collective ne soit guère mise en avant mais elle n’en demeure pas moins sous-jacente. De son côté, William Lustig n’est pas sans lien avec l’impact de Maniac Cop. Plutôt que de nous faire partager le quotidien dévasté d’un ancien flic, ou de nous balancer la gueule déchiquetée du tueur à toutes les sauces, Lustig opte pour des jeux d’ombre ne nous permettant que d’entrevoir la silhouette imposante de Matt Cordell, le « flic fou ». Ajoutez à cela quelques belles prises de vue et remarquables mouvements de caméra, et vous obtenez Maniac Cop. Sans oublier la performance fort convaincante des acteurs. Qu’il s’agisse de Bruce Campbell, de Tom Atkins, de Laurene Landon ou encore du colossal Robert Z’Dar, le résultat ne brille pas de mille feux mais se montre amplement suffisant. On a même droit au cameo de Sam Raimi en journaliste-télé.





Toutefois, n’allons pas plus loin sans préciser que Maniac Cop a subi le poids des années. Les « moments d’angoisse », du moins les effets de surprise, ne font plus sensation. Les affrontements entre Cordell et ses victimes prêtent plus à sourire qu’autre chose, misant sur l’exagération et le côté surhomme du personnage. Le rythme s’affaiblit de temps à autre. Les retournements et même le final se révèlent hautement prévisibles. Le Maniac Cop n’est pas sans évoquer son homologue mécanique, Robocop. La musique de Jay Chattaway a considérablement vieilli, ne faisant qu’appuyer l’aspect terni du film à certains moments, soutenant malgré tout l’aura de mystères qui plane sur le film à d’autres. Au final, Maniac Cop est un bon petit divertissement, valant largement son pesant de cacahuètes. À découvrir ne serait-ce que pour la collaboration William Lustig/Larry Cohen ou la performance réussie de Mister Bruce Campbell.



Réalisation : 4/5
Histoire : 3.5/5
Musique : 3.5/5
Acteurs : 3.5/5


Note : 14.5/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Trilogie Maniac Cop   Ven 26 Sep 2008 - 16:28

Maniac Cop 2 (1990)


Réalisé par William Lustig
Écrit par Larry Cohen

Musique de Jay Chattaway
Avec Robert Davi, Claudia Christian, Michael Lerner, Bruce Campbell, Laurene Landon, Robert Z’Dar





Toute la petite équipe de Maniac Cop revient sur le devant de la scène. L’histoire reprend là où elle s’est arrêtée à la fin du premier opus : Matt Cordell est toujours en vie et continue à trucider tous les bons flics de la ville de New York. Petite innovation par rapport au premier volet, Cordell vient en aide et s’associe aux malfrats qu’il trouve sur son passage. Un bonus qui ne se néglige pas et donne un certain attrait à Maniac Cop 2. Du côté de l’histoire, l’autre bon point renvoie à la revanche de Matt Cordell, pénétrant dans son ancien pénitencier pour y exécuter tous ceux qui lui ont nui. Mais le scénario n’est pas exempt de tout défaut. En effet, il faut attendre 40 minutes avant que l’intrigue ne démarre vraiment et cesse de nous refourguer du copié/collé du premier film, allant même jusqu’à reprendre deux scènes de ce dernier (celle de l’accident de voiture, et celle des douches en prison). Même la réalisation de William Lustig – pourtant très correcte dans Maniac Cop – se veut moins percutante et moins investie. Cela étant, ça n’empêche pas Lustig d’insérer quelques jolis mouvements de caméra et prises de vue torsadées.





Là où le bât blesse douloureusement, c’est du côté de la musique. Plutôt que de rattraper les fautes qu’il avait commises dans le métrage de 1988, Jay Chattaway vieillit un peu plus le résultat via des mélodies stridentes, des morceaux d’action à la limite de la série Z, et un score global éculé. Ça reste correct et dans le ton du film mais le potentiel est absent. Quant aux acteurs, à l’instar du précédent film, leur performance ne risque pas de rester graver dans l’histoire du Cinéma. Force est, tout de même, de leur reconnaître un vrai jeu d’acteur et une incarnation remarquable de leur personnage. On regrette simplement que Bruce Campbell ait joué les petites frappes, disparaissant dès le premier quart d’heure. Maniac Cop 2 nous permet de retrouver Laurene Landon pour une apparition tout aussi écourtée (on s’en plaindra pas, à vrai dire) ; Robert Davi (l’inspecteur Malone de la série Profiler) ; et Claudia Christian dans le rôle d’une psychologue de la police qui ne connaît visiblement rien à son métier (passant de simple psychologue à psychocriminologue et flic). Sam Raimi refait son cameo toujours dans la peau d’un journaliste.





En somme, Larry Cohen s’arrange pour ne pas nous pondre une version double de Maniac Cop bien que l’histoire soit la même dans les grosses lignes. Cette fois-ci, Matt Cordell ne se contente plus d’être l’ombre de Robocop, il en profite pour piquer, ici et là, un peu du mythe de Jason Voorhees. En tant que suite, Maniac Cop 2 aurait pu être bien pire mais il n’est finalement pas mieux que son prédécesseur. Un bon divertissement, donc, mais rien de bandant à l’horizon.


Petit hommage à Joe Spinell, l’acteur et scénariste de Maniac, disparu en 1989…

Réalisation : 3.5/5
Histoire : 4/5
Musique : 2/5
Acteurs : 3.5/5


Note : 13/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trilogie Maniac Cop   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trilogie Maniac Cop
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1988] Maniac Cop, la Trilogie
» Maniac Cop Trilogy
» Trilogie Tintin : Steven Spielberg et Peter Jackson
» La trilogie de la cavalerie de John Ford
» David Eddings - Les dômes de feu - La Trilogie des Périls T1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: