ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pathology

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
John Doggett
Extraterrestre Subalterne
Extraterrestre Subalterne
avatar

Masculin Nombre de messages : 2365
Age : 33
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Pathology   Mar 7 Oct 2008 - 0:55

Pathology de Marc Schoelermann



Synopsis: Des étudiants en médecine se lancent un dangereux défi: lequel d'entre eux pourra imaginer le crime parfait, celui que même les plus grands pathologistes ne pourraient pas élucider.

Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre, de Pathology. Ayant beaucoup aimé le film allemand Anatomie de Stefan Ruzowitzky, j’espérais peut-être trop voir, un film dans le même genre. Et, au final, il s’est avéré que Pathology m’a déçu.

La majeure partie de ma déception vient du au fait, qu’après 45 minutes je trouvais qu’ils avaient fait le tour. Les dernières 45 minutes m’ont parus très longues, et même parfois ennuyantes. J’avais hâte que quelque chose d’excitant se produise. Mais, à part quelques scènes gores et sanglantes, il n’y a pas eu grand-chose de bien palpitant. Il semble que les scénaristes, Mark Neveldine et Brian Taylor, responsable tout deux du très moyen Crank, n’avaient plus d’idées après les 45 premières minutes. D’ailleurs, c’est un peu la même chose qui s’est produit avec Crank. Ils n’ont pas su élaborer plus sur le sujet, à part avoir l’idée de nous pondre une deuxième partie plutôt prévisible. Même le réalisateur Marc Schoelermann ne m’a guère impressionné, avec sa réalisation. Certaines scènes n’étaient pas trop mal, mais le tout est resté assez académique. Il nous a offert en masse de gros plans, sur les intestins, le cerveau et autres parties du corps. Aussi, les scènes avec Alyssa Milano n’ont servis qu’à mettre sa poitrine en valeur. C’était très agréable à voir, mais ça n’a pas fait avancer l’histoire du film.




Ils auraient dû mettre la vie amoureuse de Ted de côté, et développer sur la psychologie de ces pathologistes. Ces derniers n’ont pas su nous mettre dans une ambiance aussi morbide et malsaine, que Stefan Ruzowitzky l’avait fait avec son Anatomie. Les autopsies nous mettaient plus mal à l’aise, que ceux dans Pathology. Certes, ils sont beaucoup plus sanglants et gores dans Pathology, mais moins pervers. Aussi, une chose qui m’avait énormément plus dans Anatomie, c’était les lieux où se déroulait l’action. Ils avaient un côté froid, dérangeant. Ceux de Pathology n’ont rien de bien spéciaux.

Pour en revenir sur Alyssa Milano et le reste du casting, je ne les ai pas trouvés très impressionnants. Dans le cas d’Alyssa Milano, ça peut se comprendre. Elle apparaît environ 4 fois dans le film, pour un total de 10 minutes. Mais, pour les autres, ils auraient pu faire mieux. Tout d’abord, ils ont engagés Milo Ventimiglia, car il est très populaire en ce moment, à cause de son rôle de Peter Petrelli dans la série Heroes. Mais, sa performance n’était pas aussi convaincante, que celle dans la série Heroes. Même chose pour les autres acteurs, ils jouaient leur rôle, sans plus. Lauren Lee Smith a passé son temps, à montrer sa jolie poitrine et Michael Weston a jouer un vilain, qui laisse à désirer.

Malgré plusieurs défauts, le film de Marc Schoelermann est un bon petit thriller horrifique, qui vaut le coup d’œil, car il vous fera sûrement réfléchir, sur le pouvoir que les médecins peuvent avoir sur la vie et la mort d’une personne. Mais, Pathology ne vaut pas l’excellent Anatomie.

Note: 14/20

_________________


Dernière édition par John Doggett le Mar 7 Oct 2008 - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Pathology   Mar 7 Oct 2008 - 11:52

Ayant trouvé Anatomie très moyen, je ne sais pas trop à quoi m'attendre avec Pathology... Encore une fois, Mad Movies n'en fait que des éloges ! C'est vraiment à se demander quelles subventions ils touchent pour écrire leurs articles... Zombie 2

_________________
Découvrez mes courts-métrages : DUEL SUR LES RIVES DE LA MAULDRE (western) ; DES MACHINES ET DES HOMMES (SF) ; L'AVENTURE SENSATIONNELLE D'UN TABOURET TOUT À FAIT ORDINAIRE (absurde) ; UNE HISTOIRE SANS DÉBUT (absurde) ; OUVERTURE FACILE (comédie) ; LAMENTATIONS (thriller).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
John Doggett
Extraterrestre Subalterne
Extraterrestre Subalterne
avatar

Masculin Nombre de messages : 2365
Age : 33
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: Pathology   Mar 7 Oct 2008 - 15:13

En tout cas, libre à toi de le visionner ou pas! Mais, si tu as trouvé Anatomie très moyen, je ne crois pas que tu aimeras Pathology.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Pathology   Mar 7 Oct 2008 - 15:38

John Doggett a écrit:
En tout cas, libre à toi de le visionner ou pas! Mais, si tu as trouvé Anatomie très moyen, je ne crois pas que tu aimeras Pathology.

Oh on verra bien, tu sais.
Au fait, pas besoin de le retitrer Pathologie car les exploitants français ont préféré conserver le terme original. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
Mulder
Extraterrestre Subalterne
Extraterrestre Subalterne
avatar

Masculin Nombre de messages : 1008
Age : 24
Localisation : Québec
Film de genre favori : Psycho
Date d'inscription : 18/04/2009

MessageSujet: Re: Pathology   Dim 14 Mar 2010 - 4:43


Les médecins sont nos sauveurs, à chaque fois que nous avons un problème, ils le guérissent et nous rassurant. On serait presque prêt à dire que ce sont des dieux. Mais, il ne faut jamais oublier que ce sont des êtres humains avec des émotions. Ce qui veut dire qu'on ne doit jamais faire entièrement confiance à ceux-ci, même s’ils semblent gentils. C'est ce que tente de démontrer le réalisateur Marc Schölermann et les deux scénaristes Mark Neveldine et Brian Taylor (Crank, Crank 2 : High Voltage et Gamer). Pour ma part, ça reste un film qui se tient, mais qui cache une panoplie de défauts qui lui font mal, même très mal. Pourtant, le potentiel était vraiment au rendez-vous, il y a quand même un divertissement qui offre la marchandise... mais pas entièrement.

Jeune étudiant en médecine à Harvard, Ted Grey obtient une bourse pour s'inscrire à la plus prestigieuse école de médecine. Les sacrifices ont été nombreux pour lui, mais son but est finalement atteint, son équipe est peut-être bizarre, mais ne manque pas de connaissance et les défis sont énormes pour son plus grand plaisir. Mais, un jour Grey découvre que certains cadavres sont similaires à des personnes qu'il a croisées. Ne voulant pas que Grey dénonce ses amis et lui-même, Jake Gallo, un des étudiants décide de faire découvrir à Grey son côté sombre de la médecine. C'est comme ça que Grey décide de faire partie d'une bande de médecins qui jouent à un jeu. Celui-ci consiste simplement à découvrir comment une victime a été tuée par un de leurs collègues ! Mais, le jeu va prendre des tournures sanglantes et tragiques.

Très viscéral et fonceur dans son sujet, Pathology ne perd pas de temps et démontre un humour noir très macabre. Les scénaristes utilisent celui-ci de manière très subtile et montre un côté imprévisible des médecins. Surtout dans une scène où têtes coupées dans une main et caméra dans l'autre, les médecins font parler les têtes comme si c'était un amusement normal, ils sont sous l'influence de drogues et démontrent une fascination morbide pour leurs cadavres. Ce morceau de scénario est le plus intéressant, il démontre que les médecins sont un peu les dieux de la guérison, mais ils peuvent aussi bien devenir le diable et utilisé leur connaissance dans le mauvais chemin. La descente aux enfers de Ted Gray est très bien développée, fascination morbide avec des images, Ted Gray devient petit à petit, le même genre de détraquer que ceux qu’il allait dénoncer. Ce retournement peut paraître cliché, mais avec comment le personnage est construit et montré, on remarque des signes d'admirations pour les corps qu'il doit s'occuper. C'est quand les fameux détraqués commencent leur fameux jeu que Pathlogy devient entièrement satisfaisant, le surréalisme de ce jeu est aussi déstabilisant que captivant. En tout cas, les scénaristes n'ont pas manqué leur coup avec la conception de leur scénario.

Bien que beaucoup de critiques soient unanime pour dire qu'il ne joue pas très bien, j'ai trouvé Milo Ventimiglia parfait dans ce rôle. Il a finalement trouvé un rôle qui lui va à ravir et qui lui permet de différer entièrement de ses rôles précédents. C'est définitivement dans le côté des seconds rôles que ça se gâte, ceux-ci n'ont pas de motivation, de charisme (Michael Weston est épargner par chance) et de côté vrai. Je n'ai jamais eu l'impression que les acteurs secondaires était vraiment des médecins, c'est tellement peu vrai que j'ai déparqué par moments. Au moins, la réalisation arrive à rendre justice aux décors qui sont impeccables. Le sous-sol où vont se terrer le groupe est utilisé à son maximum. Chaque moment passé dans celui-ci semble motiver son réalisateur pour se dépasser visuel. Pathology devient en réalité un délire autant visuellement que dans son scénario. Les techniques qu'utilisent les médecins pour tuer sont souvent bien trouvées et crédibles, surtout la première victime de Ventimiglia qui est aidé de Lauren Lee Smith.

Par contre, Pathology après une première heure parfaite, perd de son intensité et son côté intelligent. Je veux bien un divertissement gras, mais quand un film n'est pas le candidat idéal, faudrait peut-être oublier ça. Les explosions, les personnalités à la va-vite, les clichés et un énorme manque de subtilité sortent du sac. Ce qui je dois dire est vraiment frustrant quand un film est aussi captivant que celui-ci. Il s’encombre aussi de moments qui m'ont semblé inutiles au final, comme cette fameuse autopsie vers la fin qui me semble rallongée pour rien. Il y a que la fin qui semble reprendre du poli avec une personne qui reste consciente en se fessent ouvrir !!!

Pathology possédait un potentiel énorme, mais au lieu de le poursuivre entièrement à décider de prendre le chemin facile. Les deux scénaristes responsables des Crank sont peut-être bons pour écrire les folies de Chev Chelios, mais pas pour un scénario plus sérieux. Heureusement, Marc Schölermann possède un talent de réalisateur adéquat et à de l'avenir pour les films sombres et macabres. En tout cas, il reste que Pathology avec son humour noir touche beaucoup le spectateur.

NOTE: 14/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horreur-francaise.forumactif.com/
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Pathology   Dim 14 Mar 2010 - 12:25

Mulder a écrit:
Par contre, Pathology après une première heure parfaite, perd de son intensité et son côté intelligent. Je veux bien un divertissement gras, mais quand un film n'est pas le candidat idéal, faudrait peut-être oublier ça. Les explosions, les personnalités à la va-vite, les clichés et un énorme manque de subtilité sortent du sac. Ce qui je dois dire est vraiment frustrant quand un film est aussi captivant que celui-ci. Il s’encombre aussi de moments qui m'ont semblé inutiles au final, comme cette fameuse autopsie vers la fin qui me semble rallongée pour rien.

C'est étrange parce que je pense exactement l'inverse : la première partie de Pathology n'a rien d'extraordinaire dans le sens où elle ne fait que reprendre les bases établies par Anatomy et où elle se fourvoie à son tour dans ces gros clichés de médecins dépravés. À l'inverse, la seconde partie ose enfoncer des portes fermées et démontre toute son originalité.

Spoiler:
 
En outre, le final est d'une insanité exemplaire et nous plonge dans l'horreur de la situation.

S'il fallait donc qu'une seule partie de Pathology, ce serait sans conteste sa seconde partie !

_________________
Découvrez mes courts-métrages : DUEL SUR LES RIVES DE LA MAULDRE (western) ; DES MACHINES ET DES HOMMES (SF) ; L'AVENTURE SENSATIONNELLE D'UN TABOURET TOUT À FAIT ORDINAIRE (absurde) ; UNE HISTOIRE SANS DÉBUT (absurde) ; OUVERTURE FACILE (comédie) ; LAMENTATIONS (thriller).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pathology   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pathology
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pathology
» Pathology (2008, Marc Schölermann)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: