ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Saga HOUSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Saga HOUSE   Ven 26 Sep 2008 - 17:24


HOUSE
(1985)


Réalisé par Steve Miner
Écrit par Ethan Wiley & Fred Dekker
Musique de Harry Manfredini
Avec William Katt, George Wendt, Richard Moll, Kay Lenz, Michael Ensign, Mary Stavin, Susan French, Erik & Mark Silver

SYNOPSIS

Roger Cobb, auteur de romans fantastiques, a perdu son fils dans d’étranges circonstances. Depuis, sa vie n’a plus aucun sens. Pour tenter de comprendre, il décide d’habiter le manoir où eut lieu cette disparition. Il se retrouve rapidement face à d’horribles créatures surgissant de nulle part. À partir de ce jour, sa vie devient un véritable cauchemar !





Soyons honnêtes, le film de Steve Miner ne se donne pas les moyens de réussir. Pourtant, avec son concept loufoque, ses rebondissements délurés (l’entraînement militaire du héros, l’enterrement difficile du monstre) et ses créatures aussi laides que dégénérées, House aurait pu aboutir à un métrage déglingué dans la droite lignée d’Evil Dead et Braindead (sans les effets gore, malheureusement). Même les effets spéciaux fauchés, les costumes et décors kitsch auraient pu amener du charme à l’ensemble. Mais c’était sans compter sur les piètres talents de scénaristes de Fred Dekker et Ethan Wiley. Non seulement mollasson, le script se munit en plus d’un humour balourd, tellement convenu et facile que l’on peine à sourire. Du coup, ce qui s’annonçait comme un bidonnage intégral se résume finalement à une amère déception. Le résultat demeure louable (comprenez : on ne s’ennuie pas à longueur de temps !) mais à des années-lumière de ce que l’on était en droit d’espérer – surtout de la part de Steve Miner et Sean Cunningham





Concernant ces derniers justement, on ne peut pas dire que le réalisateur de Vendredi 13 – Chapitre 2 se foule grandement le poignet. La mise en scène se révèle plate dans le meilleur des cas (pas un seul mouvement de caméra ou plan recherché pour sauver la mise !), ringarde dans le pire (bonjour les surgissements enfantins de « Big Ben »…). Mais Steve Miner n’a pas à rougir seul : son compère de toujours, Harry Manfredini, ne se tord pas plus les méninges pour composer le score du métrage. Oubliez les accroches envoûtantes du thème de Vendredi 13 et contentez-vous de cette bande-son mi-horrifique mi-cartoonesque convenable mais pas jouissive pour un sou – quand elle ne provoque pas chez son spectateur des sourires nerveux (cf. la séquence de la descente dans le néant, accompagnée d’une copie musicale de Mario Bros !).





Pour achever l’édifice, rien de tel qu’un casting très moyen. William Katt joue la démesure pour tenter de donner un peu de personnalité à son jeu… en vain. Idem pour George Wendt bien que l’on ait rarement vu évoluer l’acteur ailleurs que dans des rôles secondaires tartes (l’ulcéreux débile de Dumb & Dumber…). Et ce n’est pas via ses apparitions furtives que Susan French pourra relever le niveau.
Quoi qu’il en soit, House mérite qu’on y jette un coup d’œil s’il n’y a rien d’autre à regarder lors d’un dimanche après-midi pluvieux. Tout comme sa suite, soit dit en passant.



NOTE : 10.5/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Saga HOUSE   Ven 26 Sep 2008 - 17:25


HOUSE II – La Deuxième Histoire (1987)



Écrit & Réalisé par Ethan Wiley
Musique de Harry Manfredini
Avec Arye Gross, Jonathan Stark, Royal Dand, Bill Maher, Lar Park Lincoln, John Ratzenberger

SYNOPSIS

Jesse McLaughlin vient d’hériter d’un vieux manoir familial. En l’explorant, il découvre que l’un de ses ancêtres aurait dérobé un crâne de cristal aux pouvoirs surnaturels – dont celui de l’immortalité. Lorsqu’il déterre le cercueil de son aïeul, celui-ci est toujours vivant ! Mais le crâne va déclencher la convoitise de créatures ancestrales et la maison devient le lieu d’étranges phénomènes…



Le premier volet avait beau être signé Steve Miner, il ne créait guère d’étincelles malgré une poignée de bons gags et un concept de base barré (très mal exploité, malheureusement). Et au lieu de les corriger, House II fonce tête baissée dans les tares de son aïeul. Seul maître à bord après la désertion de Miner et Dekker, Ethan Wiley s’autoproclame metteur en scène et scénariste de ce second volet. C’est dans de telles circonstances que le spectateur se rend compte des tâches différemment dévolues aux responsables du premier chapitre. Et visiblement, il faudra remercier (ou insulter, c’est selon) Ethan Wiley pour le côté guimauve, balourd voire cucul du volume de 1985.





En témoigne House II, comédie fantastique faiblarde, destinée apparemment à un public (très) jeune vu le niveau de l’humour, la qualité du développement et l’annihilation complète de tout élément horrifique (au profit de scènes d’aventure lourdingues, dignes d’un film familial à moyen budget). Dans le même genre, House II se rapproche (par malchance) davantage du modeste L’Histoire Sans Fin que de l’excellent et immortel Les Goonies. Alors oui, les bestioles semblent très attachantes (la chenille pot de colle, le volatile un brin débile) mais la pauvreté technique des marionnettes trahit immédiatement les supercheries employées. Et oui, le personnage du papy cow-boy s’avère très sympathique mais la flopée de bons sentiments qui émane du protagoniste plombe plus le scénario qu’il ne l’embellit.



Pour saupoudrer le tout, Ethan Wiley ne lésine pas sur les incohérences et les facilités, allant même jusqu’à refourguer un final presque identique au premier House. Et encore, s’il n’y avait que cela… Non seulement scénariste moyen, Wiley se révèle être aussi un piètre réalisateur et House II de faire les frais de son inexpérience. La mise en scène regorge d’un théâtralisme involontaire qui ruine de fond en comble les rares scènes d’action du métrage (comment ne pas sourire nerveusement devant ces combats sur-chorégraphiés, sans pêche ni inventivité ?!). On se consolera modérément à l’écoute du score de Harry Manfredini, dont certains thèmes (notamment la composition plutôt amusante du sauvetage de l’héroïne) redonnent un peu d’éclat à un visuel profondément terne.



Il ne faudrait pas non-plus être trop dur avec House II. Certains passages font gentiment sourire ou attendrissent notre âme d’enfant ; et l’ensemble se suit sans trop d’ennui. Toutefois, le métrage d’Ethan Wiley souffre de tant de lacunes scéniques, techniques, scénaristiques et d’un casting tellement aseptisé (Arye Gross en tête de liste) qu’il devient difficile d’apprécier ses maigres qualités. À ne mettre qu’entre les mains de spectateurs juvéniles donc ou enclins à faire la sieste…



NOTE : 9.5/20

_________________
Découvrez mes courts-métrages : DUEL SUR LES RIVES DE LA MAULDRE (western) ; DES MACHINES ET DES HOMMES (SF) ; L'AVENTURE SENSATIONNELLE D'UN TABOURET TOUT À FAIT ORDINAIRE (absurde) ; UNE HISTOIRE SANS DÉBUT (absurde) ; OUVERTURE FACILE (comédie) ; LAMENTATIONS (thriller).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
 
Saga HOUSE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» House, la saga (1986-1992)
» Boulevard de la Mort ( Saga Grind House )
» La Saga des Vikings
» La saga de L'Epouvanteur de Joseph Delaney
» House vs. God: House wins!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: