ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Emmurée Vivante, de Lucio Fulci

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: L'Emmurée Vivante, de Lucio Fulci   Ven 26 Sep 2008 - 16:41


L’Emmurée Vivante
(Sette Note In Nero)
– 1977


Réalisé par Lucio Fulci

Écrit par Lucio Fulci, Roberto Gianviti & Dardano Sacchetti
Musique de Bixio – Frizzi – Tempera
Avec Jennifer O’Neill, Gabriele Ferzetti, Marc Porel, Gianni Garko, Evelyn Stewart, Jenny Tamburi, Fabrizio Jovine



Avant de devenir l’un des piliers du cinéma gore, Lucio Fulci savait prendre son spectateur aux tripes avec des intrigues alambiquées mais captivantes. L’Emmurée Vivante en est l’un des plus beaux exemples bien que le métrage n’échappe pas à toute une flopée de défauts. L’introduction – où nos deux tourtereaux se bécotent sur un air de With You – fait franchement cucul. L’histoire emprunte des raccourcis sans gêne (l’assistante qui repère, au premier coup d’œil, le bout de la tête d’un cheval sur la photo du magazine ; le tueur qui est assez con pour emmurer deux personnes différentes dans le même trou alors qu’une enquête lui pèse sur le dos…). Les acteurs ont tendance à exagérer leur prestation – Jennifer O’Neill et Marc Porel en tête de file. Certains personnages se complaisent dans de gros clichés, dont ce parapsychologue à la mords moi le nœud (avec sa tête à claque légendaire), les flics (le commissaire un peu trop crédule, qui accueille facilement les théories extravagantes de l’héroïne ; les deux motards qui suivent gentiment le psy jusque dans la demeure d’un inconnu, alors qu’ils viennent de se faire insulter et mener en bateau par ledit psy) et l’héroïne elle-même (qui prend bien son temps pour se cacher alors qu’un assassin est à ses basques !). Enfin, une fois n’est pas coutume, Lucio Fulci use des zooms à outrance ; à tel point qu’ils finissent par lasser et virer au ridicule…





Néanmoins, aussi imposants soient-ils, tous ces défauts ne sauraient mettre à mal un giallo aussi fracassant que L’Emmurée Vivante. De prime abord, force est de reconnaître que Fulci nous convie à des visions de claustrophobie tétanisantes – dans lesquelles une jeune femme assiste impuissante à son destin : être emmurée vivante (d’où le titre, donc) – ainsi qu’à une intrigue qui traîne parfois en longueur mais nous laisse face à une dernière demi-heure enivrante, sidérante. D’autre part, l’atout essentiel de L’Emmurée Vivante réside dans le score sans pareille du trio Bixio – Frizzi – Tempera. Qu’il s’agisse de ces accompagnements secondaires pesants, faisant monter la tension à son paroxysme, ou de cette somptueuse mélodie jouant une place centrale au sein de l’histoire. L’on ressort à la fois conquis et médusé par cette ultime demi-heure, mettant nos nerfs à rude épreuve en raison de ce décryptage progressif des précognitions de l’héroïne et de la bande-son captivante de sieurs Bixio, Frizzi et Tempera. En somme, Fulci perd en scènes-choc ou séquences gore ce qu’il gagne en scénario de qualité.



Note : 14.5/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
 
L'Emmurée Vivante, de Lucio Fulci
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lucio Fulci
» Cat in the Brain (1990, Lucio Fulci)
» The Psychic (1977, Lucio Fulci)
» The House by the Cemetery (1981, Lucio Fulci)
» Zombie (1979, Lucio Fulci)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: