ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Massacre À La Tronçonneuse : Le Commencement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Massacre À La Tronçonneuse : Le Commencement   Jeu 25 Sep 2008 - 13:25


Massacre À La Tronçonneuse – Le Commencement
(The Texas Chainsaw Massacre : The Beginning)
– 2006


Réalisé par Jonathan Liebesman
Écrit par Sheldon Turner
D’après une histoire de Sheldon Turner & David J. Schow

Musique de Steve Jablonsky
Avec Jordana Brewster, Taylor Handley, Diora Baird, Matt Bomer, Lee Tergesen, Andrew Bryniarski, R. Lee Ermey







Autant le préciser d’emblée, Massacre À La Tronçonneuse – Le Commencement n’est pas ce que l’on peut appeler une préquelle à proprement parler. En effet, l’enfance de Leatherface est essuyée en 5 minutes et l’ensemble du métrage se déroule en 1969, soit 4 ans avant le remake. Pour une préquelle, on a connu mieux. D’autant plus que l’enfance de Leatherface, à l’instar de celle de Michael Myers, a de quoi être amplement développée et approfondie car très lourde aux niveaux psychologique, relationnel et éducationnel. Malheureusement, le film de Liebesman se contente de survoler le sujet et ce, de manière très prévisible (tout le monde sait comment étaient ses parents, comment ils le traitaient, qu’il s’est vite découvert une passion pour les éventrations d’animaux, etc. ; en bref, tout avait déjà été dit dans les précédents volets sauf peut-être en ce qui concerne sa naissance).





En somme, Le Commencement se contente de reprendre les ouvertures laissées par l’original de Hooper et le remake de Nispel (comment Hoyt est devenu shérif et a perdu ses dents de devant, comment l’oncle a fini en fauteuil roulant, comment Leatherface s’est épris de sa tronçonneuse…). Et la comparaison ne s’arrête pas là ! Puisque le scénario de Sheldon Turner est, à peu de choses près, la copie conforme du remake de 2003. Ainsi, un groupe de jeunes passe par le Texas pour aller au Mexique (c’était le chemin inverse dans le remake !), s’arrête à l’épicerie de la mère Hewitt ; puis croise le shérif qui les embarque ; l’un des mecs est amené à l’atelier de Leatherface pour se faire charcuter ; l’une des nanas parvient à s’échapper et se réfugie dans l’abattoir après que Leatherface l'ait poursuivie dans la forêt armé de sa tronçonneuse, et avant de s’enfuir en voiture… Après, ce n’est plus qu’une question de détails. En gros, Le Commencement se sert des rebondissements du remake pour simuler un vide scénaristique énorme. Car, à bien y regarder, Le Commencement se résume à un enchaînement de scènes de meurtre dépourvu de toute intrigue et de toute créativité. Heureusement, les meurtres sont bien foutus, sanguinolents (sans être gore, cela dit), jouissifs et violents, mais ils ne peuvent à eux seuls compenser les lacunes du scénario.





Et Sheldon Turner ne sera pas le seul à reprendre ce qui faisait la force du remake. En effet, Jonathan Liebesman tente, en vain, de copier et la réalisation énergique de Marcus Nispel et l’amateurisme de Tobe Hooper, pour un résultat brouillon, parfois tellement branlant qu’il vous file la gerbe. Idem pour la musique de Steve Jablonsky, délaissant l’originalité pour se cantonner à une reprise des thèmes du remake et des compositions de Charlie Clouser pour le film SAW. Du coup, le travail de Jablonsky s’avère louable mais trop peu créatif. Pour ce qui est des acteurs, hormis R. Lee Ermey (Hoyt), Andrew Bryniarski (Leatherface) et Marietta Marich (la mère de Leatherface), rien de bien probant. Ça reste très basique, sans implication personnelle, sans même chercher à convaincre ou à épater. Notamment en ce qui concerne Jordana Brewster et Diora Baird, les deux scream-queens de service, dont la performance se résume à jouer l’aventurière sans peur pour l’une et la poufiasse écervelée pour l’autre.



Au final, Le Commencement sent profondément le déjà-vu. Le scénario est inexistant, comblant son vide par la redite et des scènes de meurtres. La réalisation et la musique s’inspirent grandement du remake de Marcus Nispel. Et le tout se montre hautement dispensable et prévisible. Dommage car le début s’avérait prometteur et le pitch plutôt intéressant. Mais, sans histoire ni créativité, rien n’y fait. Restent des meurtres sympathiques et un final qui évite soigneusement le happy-end.



Réalisation : 2.5/5
Histoire : 3/5
Acteurs : 3/5
Musique : 2.5/5



Note : 11/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
 
Massacre À La Tronçonneuse : Le Commencement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Massacre à la tronçonneuse (2004)
» Matthew Bomer dans "Massacre à la tronçonneuse"
» Massacre à La Tronçonneuse ( DVD/ BluRay/ Collector Limité )
» BD Massacre à la Tronçonneuse
» Massacre à la tronçonneuse Mc Farlane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: