ZONE 51


BIENVENUE DANS LA ZONE 51 !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 5150, Rue des Ormes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mulder
Extraterrestre Subalterne
Extraterrestre Subalterne
avatar

Masculin Nombre de messages : 1008
Age : 24
Localisation : Québec
Film de genre favori : Psycho
Date d'inscription : 18/04/2009

MessageSujet: 5150, Rue des Ormes   Dim 22 Nov 2009 - 8:40

5150, Rue des Ormes :




En 2003, Patrick Senécal et Eric Tessier ont collaboré sur l'adaptation cinématographique de Sur Le Seuil ! Bien accueillie par la critique et par les fans d'horreur (et ceux de l'auteur). Maintenant, rendu en 2009, le nouveau projet des deux collaborateurs fut encore une fois, une adaptation d'un des romans de Patrick Senécal (dont il s'occupe du scénario). Je ne suis pas un grand amateur de l'adaptation de Sur Le Seuil, mais, je dois quand même lui avouer des qualités (seulement après mon second visionnement), mais cette fois rien ne sauvera 5150, Rue des Ormes du désastre (même s’il contient une équipe pourtant gagnante) !!!!!

Le 5150, rue des Ormes se situe au bout d'une petite rue tranquille dans une petite ville sans histoire. Suite à une chute de vélo, Yannick Bérubé se retrouve, malgré lui, séquestré par une famille tout sauf sans histoire. Une famille menée d'une main de fer par Jacques Beaulieu le dernier des Justes, invincible aux échecs, où Maude en épouse soumise lui obéit autant qu'à Dieu. Où Michelle, 16 ans, s'affirme de plus en plus, menaçante et insoumise. Et où Anne, 7 ans, au regard vide, renvoie constamment Beaulieu à sa propre culpabilité. « Bats-moi aux échecs et je te laisse partir ». Un marché simple pour Yannick : il y laisse sa peau ou sa raison !

Je vais quand commencé par les qualités : L'histoire est vraiment bonne et haletant (en partie seulement), cette bateille sans fin, entre le bien et le mal possède un développement logique et offre des séquences malades. Tessier donne beaucoup de personnalité à ses personnages et les rends logiques et déments à la fois. Le fameux jeu d'échecs devient une sorte de dépendance pour les deux personnages principaux, jusqu'à les rendre fous et même au-delà. La séquence finale est démentielle et est encore pire que le livre (je parle de la confrontation finale et non du dernier plan) et je trouve que, la réalisation est vraiment bonne pour cette scène (seulement pour celle-ci). Sinon, à part pour l'histoire, je n’est rien vu de bien bon dans ce film et c'est ici que les défauts tombent comme des mouches !!!!

Alors, que le livre sans être original, était bon et sans cliché (ou presque), le film est tout le contraire chaque scène semble être une justification pour faire avancé l'histoire. Tout semble être mis en œuvre pour que le personnage principal aille dans cette maison (de la scène du vélo, jusqu'à l'homme qui cri pour absolument envoyer le héros dans l'endroit). En tout cas les clichés, les facilités et le manque de subtilité se fait sentir de tous les bords, Tessier et Senécal semble vouloir rendre leur œuvre encore plus prévisible, avec des séquences quasiment présentes dans d'autres films. Les scènes de rêves, d'hallucinations et de folies du personnage principal enlèvent entièrement le divertissement et donne envie de partir du cinéma. Ses séquences n’étaient pas dans le livre et cette atmosphère fantastique semble n'être là, que pour rendre l'œuvre plus macabre, mais jamais pour donner une vraie justification. Senécal n'arrange pas les meubles, avec son scénario brouillon et qui tombe à plat avec ses changements de scène pour écourter le tout et pour respecté absolument les 90 minutes de film. Cette actu donne plus de questionnement, que de réponse. Encore pire, est la séquence finale qui scape entièrement le film et montre d'on a perdu notre temps. Senécal enlève entièrement les deux derniers chapitres de son roman, pour une finale en ''Queue de poisson'' insatisfaisante (pour en mettre plein la vue avec ses décors macabres et les hallucinations freak du personnage). En tout cas, ce film montre qu’Eric Tessier n'est qu'un réalisateur prétentieux et mauvais.

Je vais attendre Les Sept Jours du Talion avant de le dire ce que je pense de l'utilité des adaptations des romans de Patrick Senécal. Mais, avec le résultat ici, je souhaite qu'il arrête une fois pour toute. Ce film semble plus un appareil promotionnel pour rendre l'auteur connu, qu'un vrai film. Dommage !!!

(Tu peux me donné ma volé maintenant David Thériault ! Wink )

NOTE: 6/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horreur-francaise.forumactif.com/
Le Zonard
Extraterrestre en Chef
Extraterrestre en Chef
avatar

Masculin Nombre de messages : 4286
Age : 30
Localisation : Roswell
Film de genre favori : The X-Files : Combattre Le Futur
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: 5150, Rue des Ormes   Dim 22 Nov 2009 - 11:53

Mulder a écrit:
(Tu peux me donné ma volé maintenant David Thériault ! Wink )

Qui est ce David Thiérault ?

Sinon, je vois que j'avais raison de me méfier de cette adaptation ! Smile

_________________
Découvrez mes courts-métrages : DUEL SUR LES RIVES DE LA MAULDRE (western) ; DES MACHINES ET DES HOMMES (SF) ; L'AVENTURE SENSATIONNELLE D'UN TABOURET TOUT À FAIT ORDINAIRE (absurde) ; UNE HISTOIRE SANS DÉBUT (absurde) ; OUVERTURE FACILE (comédie) ; LAMENTATIONS (thriller).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zone51.forum-actif.net
Mulder
Extraterrestre Subalterne
Extraterrestre Subalterne
avatar

Masculin Nombre de messages : 1008
Age : 24
Localisation : Québec
Film de genre favori : Psycho
Date d'inscription : 18/04/2009

MessageSujet: Re: 5150, Rue des Ormes   Dim 22 Nov 2009 - 18:36

Citation :
Qui est ce David Thiérault ?

Un ami à moi, on sait fait une blague (si j'aime 5150, c'est moi qui te donne une volé, et vise-versa)

Citation :
Sinon, je vois que j'avais raison de me méfier de cette adaptation !

Pourtant le livre était un chef-d'oeuvre !!! Ce film cliché, facile et sans subtilité montre que le Québec, n'est pas prêt à faire de l'horreur encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://horreur-francaise.forumactif.com/
John Doggett
Extraterrestre Subalterne
Extraterrestre Subalterne
avatar

Masculin Nombre de messages : 2365
Age : 33
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: 5150, Rue des Ormes   Jeu 4 Fév 2010 - 3:23

5150, Rue des Ormes d’Éric Tessier



Synopsis: Le 5150, rue des Ormes se situe au bout d’une petite rue tranquille dans une petite ville sans histoire. Suite à une chute de vélo, Yannick Bérubé se retrouve, malgré lui, séquestré dans une famille tout sauf sans histoire. Une famille menée d’une main de fer par Jacques Beaulieu, le dernier des Justes, invincible aux échecs, où Maude, en épouse soumise lui obéit autant qu’à Dieu. Où Michelle, 16 ans, s’affirme de plus en plus, menaçante et insoumise. Et où Anne, 7 ans, au regard vide, renvoie constamment Beaulieu à sa propre culpabilité. « Bats-moi aux échecs et je te laisse partir ». Un marché simple pour Yannick : il y laisse sa peau ou sa raison!

Je ne comprends pas toutes les critiques négatives, qui ont été fait envers ce film. Certes, 5150, Rue des Ormes n’est pas un film parfait, mais il est très loin d’être le navet, que certains décrivent.


Ayant adoré Sur le seuil, une autre adaptation d’un roman de Patrick Senécal, j’avais bien hâte de voir cette autre adaptation. Et, au final, j’ai vraiment adoré ce film. Je n’ai certes pas lu le roman, mais cela n’empêche pas le fait, que 5150, Rue des Ormes est pour moi, un très bon film. Tout, d’abord, j’ai beaucoup aimé l’histoire, qui m’a rappelé deux films en particulier, Misery et Frailty. Misery, pour le côté huis clos et la prise d’otage, ainsi que Frailty, pour l’affrontement entre le bien et la mal. Aussi, ce qui est bien dans ce film, c’est le mélange de scènes très psychologiques et de scènes plus violentes, surtout dans le final, où Michelle et Jacques pose tout deux un acte irréparable. Mais, le film ne tombe jamais dans l’excès de violence. Et, c’est ce que j’ai adoré de ce film. Sinon, Éric Tessier, grâce à son excellente réalisation, nous plonge dans une atmosphère des plus glauque et onirique, où le héros principal va sombrer, petit-à-petit, dans la folie. Les scènes d’hallucinations de Yannick sont vraiment superbes. Elles foutent définitivement la trouille.


À part ça, j’ai trouvé la distribution de ce film vraiment sensas. Chacun joue extrêmement bien son rôle. Normand D'Amour est brillant dans le rôle d’un illuminé, qui tente de faire sa propre justice. Face à lui, Marc-André Grondin nous offre une superbe performance et prouve, qu’il a énormément de talent et qu’il est le futur du cinéma Québécois. Dans les seconds rôles, Mylène St-Sauveur, en ados qui tente de suivre les traces de son père, mais très instable, est vraiment excellente. Et, Sonia Vachon est très touchante, en femme soumise.


Au final, 5150, Rue des Ormes est pour moi une très belle surprise. Il faudrait que je revoie Sur le seuil, pour savoir lequel des deux je préfère. Mais, il reste, que le nouveau film d’Éric Tessier m’a énormément plu, du début à la fin, grâce à une superbe réalisation, un casting impeccable et un scénario, pas parfait, mais très intéressant.

Note: 17/20

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 5150, Rue des Ormes   

Revenir en haut Aller en bas
 
5150, Rue des Ormes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 5150 RUE DES ORMES de Patrick Senécal
» Senécal Patrick - 5150, rue des Ormes
» 5150 Rue des Ormes
» [2009] 5150, Rue des Ormes
» 5150, Rue des Ormes (2009, Éric Tessier)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZONE 51 :: NIVEAU -2 : BASE DE DONNÉES EXTRATERRESTRE :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: